Le châtiment de la cuisson infligé aux imposteurs

Alphonse Allais

Chaque fois que les gens découvrent son mensonge,
Le châtiment lui vient, par la colère accru.
« Je suis cuit, je suis cuit ! » gémit-il comme en songe.
Le menteur n’est jamais cru.

Alphonse Allais

Imprimer ce poème

6 commentaires sur “Le châtiment de la cuisson infligé aux imposteurs”

  1. Marine

    dit :

    Est-ce que quelqu’un sait de quelle année est ce poème? S’il vous plaît.

  2. Imen

    dit :

    Vraiment bien. Mes élevés l’ont appris par coeur en 10 minutes.

  3. roland

    dit :

    une bonne crue de commentaires ,cela nous apprend toujours quelque chose /je ne sais pas pourquoi ça me fait penser à la biscotte de Proust ou bien? vous savez le pain cuit et recuit

  4. virgile virgule

    dit :

    pour gauthier :
    ce n’est pas goe-ring (goering) mais goe-bbels (goebbels) à qui l’on prête cette phrase qui peut être considérée comme le manifeste fondateur du marketing que nous vivons aujourd’hui. joseph goebbels était ministre de la propagande… c’est lui qui a dit « quand j’entends le mot culture je sors mon revolver ! ».
    aujourd’hui on n’utilise plus les même mots mais on n’en pense pas moins.

  5. Marguerite

    dit :

    J’affirme que plus les spaghettis sont crus plus ils sont indigestes ..qui l’eu cru?

  6. gauthier

    dit :

    l’eusses tu cru!pensent les vieilles poules de la politique.Goering affirmait ,sans vergogne:
    Plus un mensonge est gros,plus il a de chance d’être cru.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *