Silence

Laetitia Sioen

Dans un écrin fragile
Une coquille vide
Un souffle infini
Je te remplis

Dans un désert arctique
Une banquise au matin
Une mer au lendemain
Je te ressens

Dans une foule en mouvement
Un mouvement d’inconnu
Un peuple inexploré
Je te désir

Dans un vacarme hurlant
Un tonnerre d’applaudissements
Un chantier ahurissant
Je te cherche

J’ai hurlé en silence
Sans rien comprendre
J’ai rejeté la fréquence
De cette vibration sourde

Mes maux mes mots
Qui remonte dans ma bouche
Malentendus malentendants
Restent en moi.

Laetitia Sioen, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.