La dernière frontière

Villebramar

« j’aime mon bonheur…
il me ressemble,
étranger lui aussi et autiste
»
Issa Hassan Al-Yasiri

sur la crête frontière j’ai étendu mon sac et j’ai dormi,
le vent du Sud
portait une poussière rose
il y avait

un grand silence, et j’aimais

sur la crête frontière
une source tarie
des arbres nains
j’ai appelé…

Le vent s’est arrêté
et moi, ayant mon sac posé
avec pour seul témoin un vautour fauve qui montait la garde

Villebramar, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *