L’oiseau irréel

Christine Larrieu

Une Flamme si belle
Dans le ciel est montée…
Un oiseau irréel,
Aux ailes déployées,

Et tel un arc-en-ciel,
Beauté surnaturelle,
Il décrivit, sans fin,
Des volutes, vermeil.

Éclat de cette danse,
Un élan d’espérance,
Comme un feu d’artifice,
Fascinant, féerique.

Bohémienne si belle,
Et toi, âme maudite,
Votre étreinte éternelle,
Dans les cieux fut écrite.

En cette nuit si calme,
Vos yeux, noyés de larmes,
Purent s’unir enfin,
En un accord divin.

En ce clair crépuscule
D’un printemps retrouvé
Comment imaginer,
Sinistre vérité.

Nos cœurs, d’abord crédules,
Ont soudain pris conscience,
Lorsque, dans un murmure,
La Flèche s’est fracassée,

En ce quinzième jour
D’un avril lumineux,

Notre Dame est en feu !

Christine Larrieu, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *