L’idiot

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Dans le soir moite où la salle s’enlise,
L’ombre recèle un faune paresseux, –
Autour de lui, seuls des pétales gisent…

Point de labeur, mais seules songeries,
Les siens ont fui, fui loin du bienheureux,
Point de savoir, mais seules rêveries,

Point de bouquin où baille l’ignorance.
Dehors est vide en la peur de ses yeux,
Il voit l’amour tuer son innocence.

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *