Passion

Guillaume de Lacoste Lareymondie

massacré au plaisir d’une foule, étendu
en travers du chemin et foulé de mégères
hurlantes – sur son corps lacéré, répandu,
où tout un peuple noir de mouches bleues prospère,

sur sa dépouille ensanglantée, chacun a pu
compter les plaies des coups. il gît dans la poussière,
il pleure, et encor se redresse affaibli, nu,
décharné et putride, et bute à chaque pierre,

et s’effondre à nouveau sous le fouet qui le lime
dans le long craquement de ses os et les cris
des badauds ébaubis en quête de sublime.

et ses chairs sont pourries, verdâtres – ses yeux gris
qu’il ne relève plus crachent leur larme ultime,
sa mère ne le reconnaît pas – jésus-christ.

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *