Anniversaire

Christian Mégrelis

10 mai

Années fuyantes et brèves une à une écoulées
Comme de l’arbre blessé goutte à goutte la sève
Années de marbre et vous années de glaise
Où l’absence a creusé un sillon familier

Vous toutes mes années sur un mal sort scellées
Si tôt que seul l’oubli qui la douleur apaise
En vivant n’a permis que trop cela ne pèse
Venez, je vous convoque, arrêtez de FILER

Avant que mai ne passe, ô mes années venez
Conduisons la nouvelle saluer en silence
L’absente qui doucit mon âpre adolescence

Sur l’océan du temps, vous les plus vieux rochers
Vous, années de tendresse, vous qui vous souvenez
A partir d’aujourd’hui, d’elle vous m’approchez

Christian Mégrelis, 2002

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *