Le cheval

Thibault Desbordes

Adossé à l’un de ces murs centenaires
Comme il y en a tant dans la Forêt de Marly,
Un banc, une poubelle et une barrière
Ressemblaient fort à un cheval qui hennit.

Et le tout était planté là, dans la mousse,
Le cheval galopait sur les feuilles rousses ;
La canopée lui tendait de moelleux parfums ;
L’heureux cheval humait, ses naseaux au matin.

Il riait, et parfois montrait de grandes dents,
Il couchait dehors, car c’est bien triste au-dedans,
L’humus époussetait doucement sous son fer
Un mucus spongieux, sans savoir quoi en faire !

Le joyeux canasson, hilare et sans raison,
Teignait son crin selon l’humeur de la saison.
Roulait sa croupe et son sabot sur les sentiers,
Discrets forestiers dont il avait l’amitié !

Ainsi ce singulier cheval vagabondait
Dans cette forêt où toute vie abondait ;
Libéré des contraintes de son forgeage,
Il existait ; créant le monde à son image !

Thibault Desbordes

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *