Flambeaux

Kamal Zerdoumi

Deux solitaires
malgré la ciguë ou la croix
ont changé la face
de la terre
En leur sagesse l’on croit
Tous deux n’avaient pas
le pouvoir des rois
mais leurs voix
venues d’ailleurs
défiaient les lois
humaines
Ils voulaient que la connaissance triomphe
de l’ignorance
et l’amour
de la haine
Tous deux condamnés
au suicide et au supplice
ont prouvé que la grandeur
est de n’être pas complice
des laideurs de ce monde
où le beau s’unit à l’immonde

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *