Non, ton éternité

Louise Ackermann

Non, ton éternité d’inconscience obscure,
D’aveugle impulsion, de mouvement forcé,
Tout l’infini du temps ne vaut pas, ô Nature !
La minute où j’aurai pensé.

Louise Ackermann, Poésies Philosophiques

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Non, ton éternité”

  1. Zoé

    dit :

    Quatre vers traitant du Carpe Diem, sans détour sur des notions concrète, visuelles, matérielles telles que la beauté, les sentiments, mais des notions abstraites: le temps, l’éternité, la Nature, l’inconscience, les pensées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *