La jeune fille

Amable Tastu

Qu’elle est gracieuse et belle !
Est-il rien d’aussi beau qu’elle ?

Me diras-tu, matelot,
Sur ta galère fidèle,
Si la galère, ou le flot,
Ou l’étoile est aussi belle ?

Me diras-tu, chevalier,
Toi dont l’épée étincelle,
Si l’épée, ou le coursier,
Ou la guerre est aussi belle ?

Me diras-tu, pastoureau,
En paissant l’agneau qui bêle,
Si la montagne, ou l’agneau,
Ou la plaine est aussi belle ?

Qu’elle est gracieuse et belle !
Est-il rien d’aussi beau qu’elle ?

Amable Tastu, Poésies nouvelles, 1835

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “La jeune fille”

  1. Barbara Chine

    dit :

    Utopique mais très beau…

    Si Le Beau est tranquille avec sa Belle et qu’un plus que Laid veut lui prendre sa maison et ses terres, veut asseoir son pouvoir da sa propriété, et en plus ils sont rarement seuls, ces Laids Lâches. Quel autre choix aura-t-il que de prendre l’épée pour protéger sa belle?

  2. bruno somson

    dit :

    Plus beau qu’elle est belle
    c’est en traversant cette espace entre eux deux,
    qu’elle est lui et que luit sa vie…
    Grâce à elle.

  3. Lucette Laderain

    dit :

    Merveilleux poeme
    Une anthologie littéraire
    Un agneau qui bègue
    Superbe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.