Richesse

Kamal Zerdoumi

Pour Baudelaire.

Une poignée de nuages
ouvrir les mains
Envol des
nouveau-nés
parmi le grand troupeau
des ancêtres
ne demeure que l’ombre
d’un rêve
sur les parois
de la caverne
Étrangers au réel
nous écoutons tomber
la pluie
et les reconnaissons
dans la myriade de gouttes
comme les femelles
leurs petits
Leur bruit étouffé
efface le silence
de nos larmes

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *