Osmose

Kamal Zerdoumi

L’eau m’a prêté
sa transparence
et le ciel son illusion bleue
Les arbres m’ont appris
le silence
la pluie le vert des prairies
le soleil la tyrannie du feu
Les bêtes sages d’inconscience
dévisagent l’homme
monstre de science
Je suis l’une d’elle
Au printemps
l’herbe grasse de la vie
a un goût d’éternité
pour le ruminant d’un présent
perpétuel

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Osmose”

  1. Zerdoumi Kamal

    dit :

    Je cherche à faire honneur à Sebastian Abbo et à émouvoir et faire réfléchir mes lectrices et lecteurs. Quand le texte est beau, je suis heureux de l’ajouter à la collection. Quand je le trouve inférieur en qualité à ma production habituelle, je le soumets à l’appréciation d’autrui. En effet, le poète se doit d’etre humble, l’orgueil ne pouvant que fausser son jugement ou le frapper d’impuissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *