Lueur

Kamal Zerdoumi

La flèche et le coeur brisés
ont perdu la bataille
du souvenir gravé
sur le tronc
de notre échec
N’est-ce pas une débâcle
que cette vie
sous les griffes de la Mort ?
Non.
Il y a le murmure des rivières
et la caresse du vent
la persistance de la mémoire
où courent libres
les chevaux de l’illusion
Rien
n’est jamais vraiment perdu

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *