Et que m’importe la coque de ton âme

Sabine Sicaud

Et que m’importe la coque de ton âme,
qu’elle soit jeune ou vieille, épaisse ou fine ;
que l’on t’appelle un homme ou une femme,
que tu sois une cloche, un gong ou le grelot
d’une source invisible,
j’entendrai bien le son.

Sabine Sicaud

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *