Fatalité

Kamal Zerdoumi

La nuit l’océan
des larmes dans le désert
la mort en hiver
le condamné et le néant
déchirent nos masques
de fête
Surgissent nos faces
de bêtes
traquées
dans une forêt
au goût amer
Chasse à courre
où nos âmes sont le gibier
et les chiens
de la solitude
rendus furieux
par la promesse
d’une curée

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *