Les trois chansons

Sabine Sicaud

Entends la chanson de l’eau…
Comme il pleut, comme il pleut vite !
Il semble que des grelots
Dans la gouttière s’agitent.

À l’abri dans ton dodo
Entends la chanson de l’eau !

Entends la chanson du vent…
Comme les branches s’agitent !
Les nids d’oiseaux, bien souvent,
Sont bercés, bercés trop vite.

À l’abri des rideaux blancs
Entends la chanson du vent.

Entends la chanson du feu…
Comme les flammes s’agitent !
Le feu jaune, rouge et bleu
Pour te chauffer brûle vite.

Quand tes yeux clignent un peu,
Entends la chanson du feu.

Écoute les trois chansons
Qui se font toutes petites
Et douces comme un ronron
Pour que tu dormes plus vite.

Si tu veux, bébé, dormons
Au bruit léger des chansons.

Sabine Sicaud, Les poèmes de Sabine Sicaud, 1958 (Recueil posthume)

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *