Pour la Joconde

Isaac Lerutan

Le corps recouvert de peinture
La peau fragile comme une toile
Le dos collé contre le mur
Elle s’expose, enveloppe opale

Dans son sourire aux lèvres absentes
Tant abusée, mêlée d’étreintes
On pourrait lire dans sa tourmente
Que l’or de ses cheveux se teinte
De mille couleurs incandescentes

Que cache-t-elle ? Beauté divine
Derrière cette sagesse indécente
Une saveur, un feu sublime
Signe d’un réveil en attente…

La Joconde est lasse
Et son sourire doux-amer rappelle que ses mortes cellules
N’ont d’effet que d’étouffer la tendre guerre des regards…

Isaac Lerutan, 2009

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Pour la Joconde”

  1. Zak

    dit :

    Exemple à suivre

  2. annnyme

    dit :

    Excellent poème…

  3. Smith blessing

    dit :

    Sublime poème!

  4. Jean-Paul Blanc

    dit :

    il reste un espoir, à travers la Joconde, de vie plus intense. Est-elle possible ? Momentanément non.

  5. Céline

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème mais j’aimerais avoir des références précises dessus, s’il vous plait =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *