Ballade IV

Charles d'Orléans

On parle de religion
Qui est d’estroicte gouvernance,
Et par ardant devocion,
Portent mainte dure penance ;
Mais, ainsi que j’ay congnoissance,
Et selon mon entencion.
Entre tous j’ay compassion
Des amoureux de l’observance.

Tousjours par contemplacion
Tiennent leurs cueurs raviz en transe,
Pour venir par perfection
Au hault Paradis de Plaisance ;
Chault, froit, soif et fain d’esperance
Seuffient en mainte nacion ;
Telle est la conversacion
Des amoureux de l’observance.

Piez nuz, de Consolacion
Quierent l’aumosne ; d’alegance
Or ne veulent ne pension,
Fors de Pitié ; povre pitance,
En bissacs plains de Souvenance,
Pour leur simple provision !
N’est ce saincte condicion
Des amoureux de l’observance ?

ENVOI

Des bigotz ne quiers l’accointance,
Ne loue leur oppinion,
Mais me tiens, par affection,
Des amoureux de l’observance.

Charles d’Orléans, Ballades, 1415-1440

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *