Mal ensevelie

Sully Prudhomme

Quand votre bien-aimée est morte,
Les adieux vous sont rendus courts ;
Sa paupière est close, on l’emporte,
Elle a disparu pour toujours.

Mais je la vois, ma bien-aimée,
Qui sourit sans m’appartenir,
Comme une ombre plus animée,
Plus présente qu’un souvenir !

Et je la perds toute ma vie
En d’inépuisables adieux …
Ô morte mal ensevelie,
Ils ne t’ont pas fermé les yeux !

Sully Prudhomme, Stances et Poèmes, 1865

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *