Chanson de la plus haute tour

Arthur Rimbaud

Oisive jeunesse
A tout asservie,
Par délicatesse
J’ai perdu ma vie.
Ah ! Que le temps vienne
Où les coeurs s’éprennent.

Je me suis dit : laisse,
Et qu’on ne te voie :
Et sans la promesse
De plus hautes joies.
Que rien ne t’arrête,
Auguste retraite.

J’ai tant fait patience
Qu’à jamais j’oublie ;
Craintes et souffrances
Aux cieux sont parties.
Et la soif malsaine
Obscurcit mes veines.

Ainsi la prairie
A l’oubli livrée,
Grandie, et fleurie
D’encens et d’ivraies
Au bourdon farouche
De cent sales mouches.

Ah ! Mille veuvages
De la si pauvre âme
Qui n’a que l’image
De la Notre-Dame !
Est-ce que l’on prie
La Vierge Marie ?

Oisive jeunesse
A tout asservie,
Par délicatesse
J’ai perdu ma vie.
Ah ! Que le temps vienne
Où les coeurs s’éprennent !

Arthur Rimbaud, Derniers vers

Imprimer ce poème

8 commentaires sur “Chanson de la plus haute tour”

  1. Dieu

    dit :

    Ce poème à mon avis parle aussi de (ou fait penser à) la vie religieuse/monastique, le retrait de la vie amoureuse qu’il suscite, suivi d’une mélancolie, puis d’un sang mauvais et d’une certaine pourriture intérieure causée par manque d’amour, ainsi que de la perversion (« est-ce que l’on prie la vierge Marie). Ce texte peut donc être vu comme particulièrement critique envers la religion… Le réduire à Verlaine n’explique pas les références à la religion: Marie, Le bourdon (le nom qu’on donne aux cloches), âme, Notre-Dame, cieux…)

  2. Marthy

    dit :

    La jeunesse traîne dans l’immobilisme du temps son désespoir et sa tristesse, accrochée à ses rêves elle navigue sur tout sans jamais s’engager avec la délicatesse de ceux qui n’osent pas encore. Que vienne avec l’amour la confiance et le désir pour que tout s’illumine, explose et donne envie de chevaucher la vie comme les chevalier, jadis leur destrier. Si Rimbaud avait vraiment aimé Verlaine, un poète peut il aimer quelqu’un d’autre que lui même, à désirer si ardemment un cœur à prendre et avec lui la vie qu’il a tant désirée et n’a jamais saisie.

  3. PRIGENT pierre

    dit :

    Génial

  4. Ano

    dit :

    Est-ce que ce poème parle de la nature ?

  5. aphyl

    dit :

    Lorsqu’il écrit ce poème, Rimbaud n’a que 18 ans. Il évoque ces amours ratées avec Verlaine… Le titre « chanson de la plus haute tour » évoque les cours d’amour des troubadours dans les châteaux du Moyen Age et aussi l’isolement de l’auteur loin de Verlaine.

  6. Druszcz Dawid

    dit :

    Je pense qu’il montre sa tristesse face a une vie où il n’a rien fait et que cela est maintenant trop tard .

  7. Nathanaël

    dit :

    Oisive jeunesse à tout asservie, par délicatesse j’ai perdu ma vie
    oui, tout est dit !
    ah, que le temps vienne où les coeurs s’éprennent.
    Oui

  8. Travailleur

    dit :

    Je ne comprends pas ce texte, il me serait fortement utile de me l’expliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *