Voyageurs

Kamal Zerdoumi

Quelqu’un venu de loin
s’avançait
homme ou femme
dans un sfumato de chagrin
monté sur un cheval
à la robe peinte
par Soulages
une couleur qui va si bien
à son chagrin
Soudain l’homme est la femme
grain de sable
parmi d’autres grains
double d’hier
d’aujourd’hui
et de demain

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Voyageurs”

  1. Nfbfjlemd

    dit :

    De quelle siecle est ce poeme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *