Pluviôse

Sabine Sicaud

Il pleut. Il pleut à petit bruit
Sur le vieux chemin de traverse…

– Quel Dieu, pour nous punir te verse,
Ô campagne, le jour, la nuit,
Cette pluie à si menu bruit ?

– C’est comme un chagrin qui nous suit
Et goutte à goutte nous transperce,
Un gris sans fin qui porte en lui
Tant de lassitude et d’ennui
Que le cœur tout entier s’y noie.

– Un linceul d’eau grise tournoie
Sur les vieux chemins qui se noient…

– Ô luisantes feuilles de soie
Qui dans le soleil et la joie
Brodaient les vergers lourds de fruits !
Jardinet rose autour d’un puits…

– Se peut-il que l’hiver s’emploie
À gâcher tous les coins de joie ?

– On va, songeant aux nids détruits.
La corde pleure sur le puits,
Les arbres pleurent dans la plaine…

– Comme dans le cœur de Verlaine,
Il pleut, il pleure à petit bruit.
C’est comme un chagrin qui nous suit…
Et peut-être aussi qui nous mène,

– Vers où, vers quoi, si tôt, si tard ?
Au glas persistant des gouttières
Un château se meurt quelque part !

– Des chaumes s’effondrent, épars…

– Et des yeux gris, dans le brouillard,
(Est-ce une toile de Carrière ?)
Regardent au loin, quelque part,
Vers la ville aux jaunes lumières…

Sabine Sicaud, Poèmes d’enfant, 1926

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *