Printemps

Kamal Zerdoumi

Enfouie dans sa solitude
comme un cri de détresse
dans le noir sidéral
une chambre
dans une maison de retraite

Derrière les vitres
des yeux regardent
la nature renaissante

Bourgeon
la vieillesse éclôt

Kamal Zerdoumi

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *