Adversaire

Kamal Zerdoumi
Franz Marc, Destins d'animaux, 1913
Franz Marc, Destins d’animaux, 1913

Comme dans le fameux conte
de Poe le visionnaire
à l’abri de ce qu’ils croyaient être
leur forteresse
ses personnages ne purent sauver
leur peau :
la peste était parmi eux
cette maladie du manque
d’amour
qui aujourd’hui éclate
au grand jour
qui vous ordonne le confinement
pour de l’individualisme
goûter aux raffinements
et de la peur multiforme
connaître les délires
devenir les forçats
d’ordres
venus de l’Olympe médiatique
et étatique
Pourtant il suffirait de laisser la parole
à nos coeurs
pour voir que l’invisible ennemi
est l’absence
d’humaine chaleur

Kamal Zerdoumi, 2020

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Adversaire”

  1. K.GUEVARA

    dit :

    Quand l’humanité perd son sens en ces temps trouble, la poésie nous élève et deviens nécessaire. Merci pour ce poème M.Zerdoumi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *