Si tu existes

Villebramar

Peu importe que je sois triste
si tu existes

que pèsent les heures
si tu existes

que passent les heures des jours
les heures des nuits
les heures de l’absence, puis celles du temps retrouvé
si tu existes

que me prenne la lassitude d’aimer
si tu existes

la lassitude d’exister
si tu existes

que les jours gris succèdent aux jours bleus
si tu existes

Peu importe que je souffre
si tu existes

que je souffre
si tu existes

que je souffre
si tu existes

que je t’aime sans espoir de retour
si tu existes

que je t’aime
si tu existes

Villebramar, 2020

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Si tu existes”

  1. inconnu

    dit :

    Magnifique, j’en ai les larmes au yeux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *