Poème du solstice d’hiver

Villebramar

« que l’âme soit avec le corps, que nous n’ayons point d’âme ;
que le monde soit créé, qu’il ne le soit pas, etc. »
Blaise Pascal

impossible qu’il ne soit pas
puisque nous fûmes
ayant connu des choses simples, des bonheurs simples
un enfant qui se lève et marche
et tombe, et se relève, en riant
un soleil rouge sur la ligne d’océan

impossible qu’il ne soit pas
puisque nous sommes
inscrits dans la mémoire des grands chênes
la renaissance des soleils levants

(heureux les doux, puisqu’ils le connaîtront)

impossible qu’il ne soit pas
puisque naissent les êtres avec le jour, meurent la nuit
ayant connu la paix

puisque j’écris,
t’écris, l’âme apaisée

impossible qu’il ne soit pas
puisque nous fûmes

qu’il soit,
puisque tu n’es plus

« en una noche oscura, salí sin ser notada
estando ya mi casa sosegada
par une nuit obscure, dehors me suis glissée
quand ma maison fut enfin apaisée »
Saint Jean de la Croix
traduction nouvelle Jacques Ancet

Villebramar, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *