Fenêtre sur cour

Villebramar

Le jour se lève
j’entends les cris
je ne m’habitue pas aux cris.

Le jour se lève.
Toi aussi, pour aller voir
ce fils que tu as porté

celui qui crie
depuis sa fenêtre sur cour

Le jour se lève.
Par le poste de garde, une à une,
chaque mère passe, à la main
ce qu’il est permis d’apporter

au fils, celui qui crie

depuis sa fenêtre sur cour

Villebramar, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *