Châtiment

Kamal Zerdoumi

Dans cette marche défigurée
l’on ne sait où l’on va
des femmes surgissent
parfois
pour nous offrir
le privilège de leurs visages
et notre seconde nature
incarnée
Lorsque l’homme en nous
les opprime
elles s’en vont
et nous laissent seuls
face à l’illusion
de notre virilité

Kamal Zerdoumi, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *