Un moment

Marceline Desbordes-Valmore

Un moment suffira pour payer une année ;
Le regret plus longtemps ne peut nourrir mon sort.
Quoi ! L’amour n’a-t-il pas une heure fortunée
Pour celle dont, peut-être, il avance la mort ?

Une heure, une heure, amour ! Une heure sans alarmes,
Avec lui, loin du monde ! Après ce long tourment,
Laisse encor se mêler nos regards et nos larmes ;
Et si c’est trop d’une heure… un moment ! Un moment !

Vois-tu ces fleurs, amour ? C’est lui qui les envoie,
Brûlantes de son souffle, humides de ses pleurs ;
Sèche-les sur mon sein par un rayon de joie,
Et que je vive assez pour lui rendre ses fleurs !

Une heure, une heure, amour ! Une heure sans alarmes,
Avec lui, loin du monde ! Après ce long tourment,
Laisse encor se mêler nos regards et nos larmes ;
Et si c’est trop d’une heure… un moment ! Un moment !

Rends-moi le son chéri de cette voix fidèle :
Il m’aime, il souffre, il meurt, et tu peux le guérir !
Que je sente sa main, que je dise : « C’est elle ! »
Qu’il me dise : « Je meurs ! » alors, fais-moi mourir.

Une heure, une heure, amour ! Une heure sans alarmes,
Avec lui, loin du monde ! Après ce long tourment,
Laisse encor se mêler nos regards et nos larmes ;
Et si c’est trop d’une heure… un moment ! Un moment !

Marceline Desbordes-Valmore, Romances, 1830

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Un moment”

  1. MERLETTE Bertrand

    dit :

    Merci d’Exister ! C’est du Pur Bonheur ! C’est tout à fait par hasard que je vous ai découvert en recherchant Pierre de Ronsard… Tous mes préférés sont là, Desbordes Valmore, Verhaeren… Surtout, ne vous arrêtez pas, c’est Si Bon de se nourrir l’esprit avec de telles Merveilles MERCI

  2. Danièle Marie BOUCOT

    dit :

    Bonjour, je suis tombée par hasard sur votre site, et je suis émerveillée par ces poèmes, que pour la plupart, je découvre aujourd’hui. Merci d’avoir rendu cela possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *