À maman

Sybille Rembard
August Macke, Mère et enfant, 1911
August Macke, Mère et enfant, 1911


Je suis là, maman
cachée au fond de tes entrailles
mes cellules vibrent
ton cœur bat fort
je sens la chaleur de ta voix
elle me caresse déjà

Tu es la magie du monde
Je ne suis pas encore
pourtant je t’aime déjà

Je suis un cerf volant
emmailloté dans tes bras
Le cerf volant du Paradis
sans âge

Les cloches sonnent

Je suis là, maman
j’arrive
un bouquet parfumé dans mes pensées

Sybille Rembard, Beauté fractionnée, 2002

Ce texte fait partie de notre collection « Poèmes pour la fête des mères »

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “À maman”

  1. Alexandra

    dit :

    Merci pour ce poème. Je l’ai donné à ma maman. Elle était très émue.

  2. nata,h du75

    dit :

    J’adore ce poème, il est emouvant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *