Dehors, dedans

Kamal Zerdoumi

Pendant que la lumière
joue sur la peau
dans le corps la nuit
occupe tout l’espace
Nos yeux
fenêtres aveugles
reflètent
les ténèbres
de l’âme
et nos paroles opaques
miment la transparence
Abel et Caïn
Dehors et Dedans
essaient de ne pas rééditer
la tragédie originelle
mais l’on sait tous
que leur alliance n’est qu’apparente
Leur haine en effet
refoulée
est un secret
de polichinelle
La nuit
l’hémorragie perpétuelle
noie toute velléité
de clarté

Kamal Zerdoumi, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *