Stèle

Kamal Zerdoumi

Même si les épaves de ma vie
ce vieux rafiot
flottent sur l’inconnu
Je veux te forger
un avenir insubmersible
avec mes rêves de richesse
Ton armure sera mon coeur
de père
et les flèches qui l’atteindront
se briseront sur mon amour pour toi
et l’argent
que je n’ai pas
Je refuse que tu voies
mes ailes qui n’existent
que dans mes délires
Je veux bien par contre
te dire… en m’accompagnant
de la lyre…
que les mots que je t’offre
renferment plus d’or
que n’en purent rapporter
les galions

Kamal Zerdoumi, 2019

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Stèle”

  1. Elcé

    dit :

    Impossible de lire jusqu’à la fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *