A Laure

Alfred de Musset

Si tu ne m’aimais pas, dis-moi, fille insensée,
Que balbutiais-tu dans ces fatales nuits ?
Exerçais-tu ta langue à railler ta pensée ?
Que voulaient donc ces pleurs, cette gorge oppressée,
Ces sanglots et ces cris ?

Ah ! si le plaisir seul t’arrachait ces tendresses,
Si ce n’était que lui qu’en ce triste moment
Sur mes lèvres en feu tu couvrais de caresses
Comme un unique amant ;

Si l’esprit et les sens, les baisers et les larmes,
Se tiennent par la main de ta bouche à ton coeur,
Et s’il te faut ainsi, pour y trouver des charmes,
Sur l’autel du plaisir profaner le bonheur :

Ah ! Laurette ! ah ! Laurette, idole de ma vie,
Si le sombre démon de tes nuits d’insomnie
Sans ce masque de feu ne saurait faire un pas,
Pourquoi l’évoquais-tu, si tu ne m’aimais pas ?

Alfred de Musset

Imprimer ce poème

8 commentaires sur “A Laure”

  1. Aurélien

    dit :

    Pour moi, il a été victime d’une version féminine de Don Juan, qui s’est donnée à lui sans l’aimer

  2. Thania

    dit :

    Je pense que Laure est la bien aimée d’Alfrede de Musset et que par ce poème, il exprime l’amour réciproque qu’ils on l’un pour l’autre.

  3. Ladain Kandji

    dit :

    Personnellement, je pense qu’il avait raison d’écrire ça! Belle poésie!!!

  4. ann

    dit :

    Alfred de Musset était alcoolique et débauché. Il fut l’amant de Georges Sand et il a écrit « On ne badine pas avec l’amour ». Un grand écrivain mort à 46 ans.

  5. Jongle avec les « maux »

    dit :

    A mon avis c’est une histoire d’un soir pour qui il a développé des sentiments

  6. bill

    dit :

    s’agit-il d’une rencontre d’un soir ? svp

  7. pour rdpondre

    dit :

    Il parle de sa fille je crois

  8. A

    dit :

    Qqn pourrait m’éclairer ? Quand Musset, dans sa poésie, parle de Laure (« à Laure », « Se voir le plus possible ») => de qui s’agit-il?? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *