Pinceau

Kamal Zerdoumi

Dans un champ de coquelicots
une faux oubliée
dans une hémorragie de beauté
La Mort éblouie par tant de vie
s’est enfuie
Deux amants s’aiment
sous le soleil de juin
leur désir froissant les fleurs
qui sourient
Des enfants à venir courent
à perdre haleine
dans les sentiers
où chantent les mots
du poème

kamal Zerdoumi, 2019

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *