Lou est un enfant charmant

Guillaume Apollinaire

Lou est un enfant charmant
petit Lou au bon cœur
Il y a aussi des libellules bleues
Lou est la huitième merveille du monde

Lierre Herbe de la tendresse
Lierre Herbe de la fidélité

Avions de cristal beaux fruits du ciel qui chante

Simple douceur des nues si blanches et si rondes
Ce fut une heure de départ ! secteur…
Ceci c’est ma prière bleue vers toi
Et c’est aussi mon délice
Que ce soit toi que je veuille

1915
Soldats de faïence et d’escarboucle
Ô AMOUR

Est-il temps de monter plus haut que notre idéal
Les heures sont de belles filles langoureuse
Le printemps défleuri s’éloigne
Là-bas bas et se tourne parfois encore pour me sourire
Et dans les champs les coquelicots se fanent en se violaçant
Et en répendant une odeur opiacé
Je contemple ton absenbce et ton silence
Mais tu tiens à moi par mille liens subtils
Mon imagination royale allume ses millions d’astres
À ta flamboyante divinité des délices
Non ! je ne veux pas fermer pendant la contemplation
Les neufs portes des sens
Et leur ouverture se dirige et se prolonge
Jusqu’à toi et ton délice
Le jour n’est plus. Il est temps que j’aille à la rivière me baigner.

et cette onde est pleine d’herbes
aussi fallaces que ton regard
tandis qu’éclate un artifice meurtrier
et qu’un incendie teint la nuit de couleur cerise
Cueille vite cette fleur
Prends vite le lambeau de nuage que je te donne
Lou
Dans cette nuit profonde de juin adorable

Je suis ici pour te chanter des chansons
En combattant
Je te couvrirai de trophées
J’attends seulement l’amour
Mort, tes servants sont à leurs postes
Mes chants t’ont appelée toute ma vie
Mon chant est nu, il a dépouillé ses parures
Écris-moi vite, Lou, de belle belles choses
Vie de ma vie, je baise votre main

Courmelois, le 21 juin 1915

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *