Le Morpion

Guillaume Apollinaire

Imitons la ténacité
De cet insecte qu’on méprise.
Dames, Messieurs, qui vous grattez,
Il ne lâchera jamais prise.

Guillaume Apollinaire, Le bestiaire ou Cortège d’Orphée, supplément : poème refusé, 1911

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *