Ronsard, si tu as sçeu par tout le monde espandre

Théodore Agrippa d'Aubigné

V

Ronsard, si tu as sçeu par tout le monde espandre
L’amitié, la douceur, les grâces, la fierté,
Les faveurs, les ennuys, l’aise et la cruauté,
Et les chastes amours de toy et ta Cassandre :

Je ne veux à l’envy, pour sa niepce entreprendre
D’en rechanter autant comme tu as chanté,
Mais je veux comparer à beauté la beauté,
Et mes feux à tes feux, et ma cendre à ta cendre.

Je sçay que je ne puis dire doctement,
Je quitte le sçavoir, je brave l’argument
Qui de l’escript augmente ou affoiblit la grâce.

Je sers l’aube qui nait, toi le soir mutiné,
Lorsque de l’Océan l’adultère obstiné
Jamais ne veut tourner à l’Orient sa face.

Théodore Agrippa d’Aubigné, Hécatombe à Diane, 1874

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *