Temps

Kamal Zerdoumi

A Lekbir, mon beau-père, in memoriam.

Tu assièges notre joie de vivre
étrange peintre
Sur ta palette
l’infini des stigmates
qui se moque de notre
refus de vieillir
abîme notre portrait
en défigurant l’oeuvre de l’Ordre
Dans le miroir déformant
nos doubles ressemblent
à l’absence qu’ils seront
sur laquelle poussent
les rares fleurs
de l’illusion

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *