Éden

Kamal Zerdoumi

Tu vivais en loup solitaire
affamé
de tendresse
traqué
par l’indifférence
Un petit maître vint
comme de l’or vivant
dans l’impureté des jours
Il te dévoila
la vraie science
celle de l’ignorance
face au vent, à l’océan
aux nuages, aux étoiles
à l’insoutenable éclat
avant leur mort
dans le silence sidéral
Il te parla du présent
que seuls connaissent l’enfant,
l’oiseau et le papillon,
Tous trois déployant leurs ailes
dans l’éternité de l’instant
sans poser de questions
Tu vivais en loup solitaire
Aujourd’hui tu as l’honneur
d’être père

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Éden”

  1. Sophie de l’école

    dit :

    Aussi magnifique que magique. Merci Monsieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *