À ma femme

Kamal Zerdoumi

Quand ton esprit ravagé
reverdira
et que ton regard troublé
par l’égarement
retrouvera le chemin
de l’oasis d’antan
Quand les voix
qui te hantent
se tairont à jamais
et que le monde exilé
sera de nouveau
ton familier
Quand le temps d’aimer
frappera à notre porte
après sa longue absence
les transes
et ta démence
Je te reconnaîtrai enfin
Ô ma noyée d’aujourd’hui
sauvée par la grâce
de demain
et sans dire un seul mot
congédierai mon chagrin

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

14 commentaires sur “À ma femme”

  1. Cottalorda

    dit :

    Un grand bravo. J’ai divorcé il y a trois ans et je me reconnais dans cette « supplique » hélas vaine. Et quelle musique dans ce poème. Eric, professeur de musique.

  2. gabriel

    dit :

    Bravo et merci monsieur Zerdoumi.

  3. Isabelle Valois

    dit :

    Un beau poême que je viens de chuchoter a voix haute. merci

  4. Marieb.axworthy@gmail.com

    dit :

    Émouvant. Je suis émue.

  5. Danie Maillefaud

    dit :

    Félicitations pour cette intense description de tristesse et d’espoir. Merci pour ce partage. Je vous souhaite la fin de votre chagrin.

  6. Kamal Zerdoumi

    dit :

    Madame, À vous qui vivez au Canada et que mon poème touche je dis « merci ». Un message qui vient d’Amérique du Nord est, à mes yeux, un élixir de jouvence et la récompense d’un poète qui sait désormais qu’il n’écrit pas en vain.

  7. Mari-José Barnwell

    dit :

    J’ai le très grand privilège de découvrir quelques poèmes de M. Zerdoumi. Les mots sont profonds, tristes mais lumineux. Merci pour votre regard perçant la beauté humaine malgré ses épreuves. Merci, un grand merci à vous monsieur le poète.

  8. Jen

    dit :

    Magnifique

  9. Derive

    dit :

    Superbe! J’aime, j’aime…

  10. Orgeval

    dit :

    Quelle compassion, quelle espérance malgré cette souffrance et quel Amour aussi.

  11. Alain Kabong

    dit :

    Magnifique vers!

  12. acc

    dit :

    Magnifique

  13. lila

    dit :

    Trés beau poême, merci.

  14. Mostafa

    dit :

    Quelle souffrance et intense patience. A l’aide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *