À Madame Sand

Gérard de Nerval

« Ce roc voûté par art, chef-d’oeuvre d’un autre âge,
Ce roc de Tarascon hébergeait autrefois
Les géants descendus des montagnes de Foix,
Dont tant d’os excessifs rendent sûr témoignage. »

O seigneur Du Bartas ! Je suis de ton lignage,
Moi qui soude mon vers à ton vers d’autrefois ;
Mais les vrais descendants des vieux Comtes de Foix
Ont besoin de témoins pour parler dans notre âge.

J’ai passé près Salzbourg sous des rochers tremblant ;
La Cigogne d’Autriche y nourrit les Milans,
Barberousse et Richard ont sacré ce refuge.

La neige règne au front de leurs pies infranchis ;
Et ce sont, m’a-t-on dit, les ossements blanchis
Des anciens monts rongés par la mer du Déluge.

Gérard de Nerval, Les chimères

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “À Madame Sand”

  1. CLAIRE

    dit :

    Gérard de Nerval dont l’imagination inconcevable par le commun des mortels a fait croire à la folie… Or se croire fou rend fou. L’évocation des lignées et des lignages, de sang ou d’esprit, ramène à leur identité romantique les écrivains de ces contrées hautes d’Europe: Pyrénées et Alpes, où la hauteur de vue suggère l’élévation des vers et des poètes. Merci Poetica! Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *