Racines

Claude Luezior

échoué

aux revers des marées
qui délitent
et dérobent
et ressaquent
mes falaises

écartelé

dans la béance
de gouffres et failles
qui aiguisent leurs vertiges
au nom
d’amnésies frontalières

assoiffé

telle souche
aux rocailles du désert
qui s’effritent
sous la lime insatiable
des sables

nomade

à ces landes
où l’on sarcle infiniment
méandres, crêtes et vallons
où n’émergent que les sonnailles
de troupeaux endormis

j’aurai pour balise
tes racines singulières
sèves et labours
dans l’humus
de tes énigmes

Claude Luezior

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *