Puis, déjà très anciens

Paul Verlaine

Puis, déjà très anciens,
Des songes de souvenirs,
Si doux nécromanciens
D’encor pires avenirs :

Une fille, presque enfant,
Quasi zézayante un peu,
Dont on s’éprit en rêvant,
Et qu’on aima dans le bleu.

Mains qu’on baisa que souvent
Bouche aussi, cheveux aussi !
C’était l’âge triomphant
Sans feintise et sans souci.

Puis on eut tous les deux tort,
Mais l’autre n’en convient pas.
Et si c’est pour l’un la mort,
Pour l’autre c’est le trépas.

Montrez-vous, Dieu de douceur,
Fût-ce au suprême moment,
Pour qu’aussi l’âme, ma sœur,
Revive éternellement.

Paul Verlaine, Bonheur, 1891

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *