Régals

Paul Verlaine

Croise tes cuisses sur ma tête
De façon à ce que ma langue,
Taisant toute sotte harangue,
Ne puisse plus que faire fête
À ton con ainsi qu’à ton cu
Dont je suis l’à-jamais vaincu
Comme de tout ton corps, du reste,
Et de ton âme mal céleste,
Et de ton esprit carnassier
Qui dévore en moi l’idéal
Et m’a fait le plus putassier
Du plus pur, du plus lilial
Que j’étais avant ta rencontre
Depuis des ans et puis des ans.
Là, dispose-toi bien et montre
Par quelques gestes complaisants
Qu’au fond t’aimes ton vieux bonhomme
Ou du moins le souffre faisant
Minette (avec boule de gomme)
Et feuille de rose, tout comme
Un plus jeune mieux séduisant
Sans doute mais moins bath en somme
Quant à la science et au faire.
Ô ton con ! qu’il sent bon ! J’y fouille
Tant de la gueule que du blaire
Et j’y fais le diable et j’y flaire
Et j’y farfouille et j’y bafouille
Et j’y renifle et oh ! j’y bave
Dans ton con à l’odeur cochonne
Que surplombe une motte flave
Et qu’un duvet roux environne
Qui mène au trou miraculeux
Où je farfouille, où je bafouille
Où je renifle et où je bave
Avec le soin méticuleux
Et l’âpre ferveur d’un esclave
Affranchi de tout préjugé.
La raie adorable que j’ai
Léchée amoroso depuis
Les reins en passant par le puits
Où je m’attarde en un long stage
Pour les dévotions d’usage,
Me conduit tout droit à la fente
Triomphante de mon infante.
Là, je dis un salamalec
Absolument ésotérique
Au clitoris rien moins que sec,
Si bien que ma tête d’en bas
Qu’exaspèrent tous ces ébats
S’épanche en blanche rhétorique,
Mais s’apaise dès ces prémisses.

Et je m’endors entre tes cuisses
Qu’à travers tout cet émoi tendre
La fatigue t’a fait détendre.

Paul Verlaine, Femmes, 1890

Imprimer ce poème

8 commentaires sur “Régals”

  1. qqn

    dit :

    Un poème est fait pour exprimer ses émotions, alors je suppose que ce n’est pas choquant.

  2. Raphaël Estèphe

    dit :

    Joliemadame est magnifique dans ses propos. Quand l’âme poétise le corps, le coeur est radieux. Ce texte de Verlaine est splendide.

  3. joliemadame

    dit :

    Si, moi je la comprends cette poésie dans le sexe. Je suis une de ces femmes qui estime que l’amour doit rassembler le sexe, la poésie, la passion et la tendresse, car tout est complément d’une relation épanouie. Le sexe est l’utilisation parfaite des sens dont la nature nous a pourvus. La vue permet de contempler l’être aimé dans son attente des plaisirs et son désir, l’ouïe permet d’écouter sa voix, ses murmures aux tonalités stimulantes et douces, le toucher de savourer la douceur des courbes, puis respirer les essences mêmes de la peau et les goûter. Tout est plaisir, désir, et la communion des corps vient s’ajouter à la communion des esprits. Mais tout ceci n’est que la somme de mes ressentis…

  4. alalettre

    dit :

    Choquée, deçue…

  5. Passion tarte

    dit :

    Amazing

  6. Anna Banana

    dit :

    Quelle belle poésie. c’est quoi le clitoris? Je ne comprends pas…

  7. Cernes

    dit :

    Et où sont les hommes capables de les dire?

  8. Artus

    dit :

    Verlaine sait le dire avec des mots choisis, irremplaçable pour faire sauter bien des tabous à celles qui considèrent qu’il n’y a pas de poésie dans le sexe. Mais où sont les femmes capables d’entendre cela ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *