Les indolents

Paul Verlaine

Bah ! malgré les destins jaloux,
Mourons ensemble, voulez-vous ?
– La proposition est rare.

– Le rare est bon. Donc mourons
Comme dans les Décamérons.
– Hi ! Hi ! Hi ! quel amant bizarre !

– Bizarre, je ne sais. Amant
Irréprochable, assurément.
Si vous voulez, mourons ensemble ?

– Monsieur, vous raillez mieux encor
Que vous n’aimez, et parlez d’or ;
Mais taisons-nous, si bon vous semble ! »

Si bien que ce soir-là Tircis
Et Dorimène, à deux assis
Non loin de deux sylvains hilares,

Eurent l’inexpiable tort
D’ajourner une exquise mort.
Hi ! hi ! hi ! les amants bizarres !

Paul Verlaine, Fêtes galantes

 

 

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Les indolents”

  1. le litteraire

    dit :

    Quelle date

  2. le litteraire

    dit :

    Quelle est la date ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *