Jour d’été

Kamal Zerdoumi
Claude Monet, Chemin dans les blés à Pourville, 1882
Claude Monet, Chemin dans les blés à Pourville, 1882

Gravir la dune
les bronches emplies
d’air marin
puis découvrir là-bas
le miroir bleu aux rides
crêtées d’écume
et son argent éblouissant
Descendre vers la plage
s’asseoir sur le sable
être cet infime témoin
de l’harmonie des couleurs
et de la matière
Regarder l’horizon
et rêver de partir
seulement rêver
Rien ne vaut
le voyage immobile
déchiré du cri soudain
de la mouette

kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Jour d’été”

  1. danongbe freddy

    dit :

    Moi, j’aime ce poème.

  2. Eric

    dit :

    On avance avec le poète sur cette plage et l’on s’y assoit; c’est très beau !

  3. Malpas eric

    dit :

    Belle prose qui sent la liberté!
    J’ai particulièrement aimé:

    « Regarder l’horizon
    et rêver de partir.

    être cet infime témoin
    de l’harmonie des couleurs. »

  4. Elyounsi

    dit :

    De la grâce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *