Passent les trains

Didier Venturini

Elle regarde passer les trains
Pourtant plus un seul ne passe
Comme une ligne de la main
Qui aurait changé de place

Elle regarde passer les trains
Du silence qui s’égare
Écho muet qui rejoint
Les faux départs, les trop tard

Elle regarde passer les trains
Pourtant plus un seul ne passe
Comme un signe de la main
Qui ne refait plus surface

Elle regarde passer les trains
Pourtant plus un seul ne passe…

Didier Venturini, Cordes et Ficelles, 2018

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Passent les trains”

  1. Lea

    dit :

    Super poème. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *