Mécréant

Kamal Zerdoumi

Ceux qui ont traversé
le miroir
m’ont laissé seul
avec mon reflet
J’ai feuilleté les livres dits
sacrés…
Il n’y a pas de secret
dévoile
seulement la vie
la sainte vie
comme une oriflamme
dans notre nuit
Ne pas chercher à la connaître
se fondre en elle
Cesser de penser
pour devenir
insecte
mimétisme sans égal

Kamal Zerdoumi, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *