Grand Crohot

Villebramar

« ne pleure pas, tes bras s’enroulent sur le dos de la mer« 

au soleil couchant enlacés
sur la plage, lui et elle
par la baïne baignés
elle et lui
le courant doucement portait
vers le large, lui et elle
et la côte s’éloignait
quand on les a retrouvés
lui et elle
leurs corps tendrement mêlés
si fort si fort enlacés
lui et elle
elle et lui
elle et lui
lui et elle

Villebramar, 2018

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *